Home / Actualités / Interview d’Inès avant les Jeux

Inès Boubakri, âgée de 24 ans, partira aux Jeux olympiques de Londres pour défendre les couleurs de la Tunisie.
Pour mieux  la connaître, voici une interview d’Inès, réginaburgienne depuis 5 ans.

A quel âge as-tu commencé l’escrime et pourquoi ?

Il m’est difficile de dire à quel âge j’ai commencé exactement. Je suivais ma maman, Henda Zaouali, dans les salles d’escrime et sur les lieux de compétitions. Si je devais dire un âge, je dirais 5 ans.

Ta maman faisait des compétitions au niveau international ?

Oui, elle est partie au Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996.  A la question « pourquoi l’escrime ? », de toute évidence,  ma maman m’a transmis sa passion. Comme elle, je fais du fleuret.

Comment as-tu appris l’escrime ? Quels sont les Maîtres d’armes qui t’ont marquée ?

Tout d’abord ma mère qui, jusqu’à l’âge de 13 ans, m’a enseigné l’escrime. Ensuite, j’ai eu des entraineurs tunisiens qui m’ont marqué mais c’est surtout mon entraineur Russe Maître Sergei Tikhonov qui m’a le plus appris.

A 19 ans, tu as quitté la Tunisie. Est-ce que c’était  pour l’escrime ? Pourquoi la France ? Pourquoi Bourg-la-Reine ?

Oui pour l’escrime. J’ai choisi la France car elle est réputée dans ce sport.

Si je suis venue à Bourg-la-Reine, c’est grâce à un ami Maître d’armes qui m’avait dit que ce club faisait partie des meilleurs clubs français. J’y ai découvert un lieu d’entraînement qui me convenait, avec de l’opposition et un entraineur, Yann Detienne. Avec lui, j’ai trouvé une entente sur le plan sportif  et humain.

Tu viens de faire 8ème à la dernière épreuve de coupe du monde à Séoul, c’est un résultat réconfortant ?

Oui, cette saison a commencé très difficilement. Avec une série de tableau de 64 en coupe du monde qui m’a un peu inquiété.

A partir du mois d’Avril, mes résultats se sont améliorés avec ma victoire  aux championnats d’Afrique début avril, une place de 12ème à la coupe du monde de Marseille le 28 Avril, puis  une place de  8ème à Séoul le 20 mai, j’ai retrouvé confiance en moi.

As-tu identifié la raison de ce début de saison difficile ?

Cette année est spéciale puisqu’elle est Olympique.  La pression est donc plus élevée à chaque compétition. En début de saison, je n’ai pas su gérer cette pression parce je voulais que tout soit parfait. Aujourd’hui, je me sens bien et je prépare Londres avec plus de sérénité.

Sur beaucoup de photos je te vois avec l’équipe de France de Fleuret Dames ?

Oui c’est vrai. En plus de mes entraînements au club, je m’entraine à l’INSEP avec les françaises. C’est un échange réciproque. Nos matchs d’escrime nous permettent de progresser, pour elles comme pour moi. Evidemment des amitiés  se lient et donc je me retrouve souvent lors des compétitions avec l’équipe de France. Ceci dit nous restons des adversaires sur la piste.

Qu’est-ce que l’on peut te souhaiter pour Londres ?

De réussir à donner le meilleur de moi même.  

Inès participera aux Jeux Olympiques de Londres à partir du 24 Juillet. Actuellement 11ème au classement international, elle peut espérer un tableau de 8 et pourquoi pas viser une médaille…

 

Interview réalisé par Marie.

 

 

1 commentaire to “Interview d’Inès avant les Jeux”

  1. JO-2016 : l’escrimeuse tunisienne Inès Boubakri en bronze, une première pour une Africaine | Actualite Algerie Says:

    […] et sur les lieux de compétitions », a-t-elle raconté il y a quelques années lors d’une interview. « À la question ‘pourquoi l’escrime ?’, de toute évidence, ma maman […]

Laissez un commentaire